[logo]
 Français
 English
 Castellano
 Italiano
Digitales 2002 : genres et nouvelles technologies

PAR DIGITALES / CONSTANT VZW
    S'il est important d'attirer les femmes - et les rêves des jeunes filles - vers les sciences et les technologies pour qu'elles manipulent l'outil technologique, il ne faut pas qu'il devienne un nouvel instrument d'aliénation. Elles peuvent ouvrir un nouvel espace de réflexion et de création…Constant vwz nous présente son travail et ses reflections cyberfeministes avant la conférence Digitales 2002 et son intervention à la Zelig.

La technologie transforme nos vies quotidiennes, notre rapport au travail, à la communication, et même au corps et à la maternité. Il ne se passe pas une journée sans que l'on souligne la nécessité d'adapter sa formation et ses attentes à ces nouveaux outils, ou que l'on nous mette en garde contre l'inégalité qui naîtra des nouveaux développements informatiques : y avoir accès ou pas, les comprendre ou pas, s'en servir ou être utilisés par eux. L'enjeu économique, politique, social et culturel de la "maîtrise des nouvelles technologies" est de taille : deviendront-elles un outil de libéralisation du commerce, doublé d'une structure de contrôle et de surveillance ou un formidable espace de création, de diffusion, d'information et un outil d'égalité et de participation culturelle au développement international ?

Les femmes et les machines ont une longue histoire commune. Les femmes ont créé des machines, leur ont donné leurs noms ou les ont portés : perforatrices, computers, lampistes, … On a adapté les machines aux femmes et vice-versa, elles se sont appropriées ces machines et elles s'y sont parfois identifiées. Pourtant cette histoire commune est largement passée sous silence. C'est ce que nous tentons d'explorer avec Digitales en partant à sa recherche avec celles qui l'ont vécue, avec des sociologues et des historien-ne-s, pour mieux comprendre le présent et imaginer le futur.

Le corps biologique, sexué, étranger dans la technologie ? Mais aussi : la question de la discrimination raciale dans le secteur des nouvelles technologies. Qu'est-ce que les images de machines et de femmes-machines ont ignoré et nient encore : notre corps féminin, notre peau, sa couleur ? Nous invitons des artistes, des théoricien-nes, des technicien-nes d'ici et d'ailleurs qui réintroduisent les notions et les images de corps, de peaux, d'origines dans ces technologies, dans ces machines souvent pensées comme virtuelles ou abstraites, mais aussi des sociologues, des historien-ne-s à nous conter cette histoire, à nous emmener dans les images et le travail du passé pour mieux comprendre notre présent.

Quels sont les comportements de machines que les employeurs, les formateurs, les organismes de réinsertion veulent nous voir intégrer, porter…, et d'ailleurs voient-ils les mêmes métiers, les mêmes gestes de travail dans l'avenir ? Nous invitons des employeurs, des travailleuses, des organismes d'orientation à nous faire part de leur présent et de leurs attentes du futur. Quels sont les machines, les outils, les métiers pour les femmes de demain ? Le débat est ouvert avec les partenaires du monde du travail.

Il nous faut alors aussi parler du contexte et du produit réalisé, des outils informatiques utilisés, de l'information traitée en découvrant ce qu'est une base de données, un moteur de recherche, un langage libre, le domaine public, le peer-to-peer, un portail, un logiciel libre, un logiciel gratuit. Notre force viendra-t-elle de notre propriété sur l'objet, sur le langage, sur l'information ou plutôt du partage, du dialogue, du traitement et de l'analyse de l'information, du réseau ? Digitales invitent des juristes, des politiques, des artistes, des économistes, des programmatrices-programmeurs, des fonctionnaires qui pensent leurs/nos outils, leur/notre langage, leur/notre production dans le contexte du domaine public et de l'héritage culturel.

Comment pouvons-nous influencer les règles du jeu, modifier les 'systèmes d'exploitation', les outils, les logiciels… Est-ce qu'avoir accès au code source de la technologie, au mode d'emploi des machines n'est pas un des chemins de l'interaction entre le travail, le produit et ses ouvriers-ères et ses utilisateurs-trices ?

Digitales
Constant

INFORMATION WANT TO BE FREE !!!
:-)   :-)   :-)   :-)   :-)